Nous connaissons bien la Corse, mon mari et moi. Plages de sable blanc, mer bleu turquoise et balades rafraîchissantes en montagne : nous venons de Belgique chaque année. Toujours en été. Alors pour « une fois », pour changer, nous avons décidé de venir pendant ce que nous appelons chez nous «les congés de carnaval». Et bien vous savez quoi ? On reviendra ! Nous avons passé de merveilleuses journées … inattendues, enrichissantes, passionnantes : en voici une parmi d’autres.

 

Invariablement depuis des années, nous posons notre camp de base à Bonifacio. En effet, mon mari est féru de golf et il y a pour lui pas moins de 3 parcours dans l’Extrême-Sud, situés à moins d’une heure de voiture. Moi, ce serait plutôt les golfes : Sant’Amanza, Rondinara et même Roccapina. Le golf se pratique été comme hiver. Par contre, les golfes, en hiver … je trouve l’eau un peu fraîche pour la baignade. Mais heureusement, il y a les balades : en bord de mer, sur des sites historiques et en montagne : Bavella sous la neige, c’est un souvenir saisissant. Et le Plateau du Cuscione en raquettes, une expérience inoubliable. Vous allez voir…

Ce jour-là, après un petit-déjeuner copieux fait de fromages locaux et de jambon corse authentique, nous partons de bon matin vers les hauteurs de l’Alta Rocca. Les sommets sont tout blancs de neige, mais nous savons que durant la journée, la température est tout à fait agréable au soleil. Pas besoin de doudounes matelassées et autres équipements de haute-montagne : un pull et un coupe-vent suffiront. De même que des bonnes chaussures de marche suffiront pour fixer les raquettes. Je n’oublie pas le casse-croute, les bouteilles d’eau et barres énergétiques. Les enfants, eux, se chargeront du stock de clémentines : un des nombreux plaisirs gustatifs de la Corse à cette saison.

Arrivés sur place, notre guide Christophe nous accueille avec un large sourire et un grand café. Les enfants y sont insensibles, et sont déjà prêt pour la belle aventure, affairés à côté des raquettes multicolores plantées dans la neige. A peine attachées aux chaussures, ils marchent avec facilité, comme des jeunes pingouins. De mon côté, c’est un peu plus laborieux. Mais avec l’aide des bâtons, mes premiers pas de canard semblent efficaces.

Nous voilà partis pour plusieurs kilomètres de randonnée. La sensation de liberté est extraordinaire, car nous marchons où nous voulons, sans sentier, sans contrainte, sans souci. Et puis la vue est ex-tra-or-di-naire ! D’un côté le golfe de Propriano (vous le savez, j’adore les golfes) et de l’autre côté, les Aiguilles de Bavella. On en prend plein la vue, plein la mémoire et plein l’appareil-photos. Le silence, lui aussi, est remarquable. Tout est bleu, blanc et calme : étrange émotion !

La neige accroche sous les raquettes et laisse une douce sensation de légèreté. En fait, c’est bien plus facile et bien plus confort que de marcher dans le sable.

On fait des kilomètres et des kilomètres sans s’en rendre compte. Même ma condition physique toute relative me permet de suivre facilement le groupe. Les enfants aussi, sont très performants. Cette balade en raquettes, c’est moins fatiguant qu’un match de tennis.

A l’heure du pique-nique, Christophe notre guide professionnel, nous taille quelques banquettes-confort dans la neige. Il a même prévu du thé chaud, du café et des canistrelli. De plus, malin, Christophe a aussi emmené quelques petites luges pour amuser les enfants. Ainsi occupés et sous sa surveillance, les adultes vont s’autorisent une petite sieste … à 1640 mètres d’altitude, c’est un plaisir rare.

 

Oui, comme je vous le disais dès le titre de cet article, les plaisirs d’hiver en Corse sont divers. Je dirais même qu’ils atteignent des sommets !