Description

Le littoral nord-est de la commune de Bonifacio a globalement conservé un caractère très naturel sur une dizaine de kilomètres et le Conservatoire y a déjà acquis près de 300 hectares dans le secteur de Rundinara et de Sarpente. L’ Etang de Balistra et ses alentours viennent compléter la protection de ce vaste secteur.

L’étang de Balistra constitue une des principales lagunes de taille moyenne du littoral corse. Il s’agit d’un plan d’eau d’une centaine d’hectares et d’une profondeur maximale de 10 m avec une petite zone marécageuse à l’embouchure du ruisseau de Francolu qui alimente l’étang en amont. Il est né de l’envahissement, par la mer, d’une zone côtière d’effondrement. La plage et le cordon lagunaire qui s’allongent sur près d’un kilomètre hébergent des habitats sableux et des associations végétales caractéristiques dans ce type de milieux sur le littoral méditerranéen. Ce cordon sableux est malheureusement fortement dégradé par une circulation et une fréquentation anarchiques.

Histoire

Dans l’histoire récente des lieux, on relève l’édification d’une casemate par les autorités militaires françaises dans le cadre de la « petite ligne Maginot » réalisée avant la deuxième guerre mondiale surtout dans le Sud de la Corse, pour prévenir une invasion italienne depuis la Sardaigne. Ces ouvrages furent désarmés puis remis aux troupes italiennes d’occupation à la suite de l’Armistice conclu par le Maréchal Pétain.

Habitats et flore

La végétation des rives est constituée d’un maquis qui cerne l’étang de manière pratiquement continue, et descend jusqu’au bord de la nappe d’eau. En certains endroits, la transition avec l’eau est assurée par une étroite ceinture de joncs aigus, de joncs maritimes et d’Agropyrum. Cette végétation est également localisée dans les petites anses. Au fond de l’étang, dans la zone marécageuse où se jette le ruisseau de Francolu, on trouve une sansouïre très étendue, mélangée à du Jonc aigu, du jonc maritime… La dune est recouverte de quelques touffes de chiendent à tige de jonc. Il existe une phragmitaie au nord du grau.

Les habitats humides, les milieux dunaires et les espaces de maquis et de rochers présentent une bonne variété où l’on trouve de nombreuses plantes d’intérêt patrimonial, dont plusieurs sont endémiques, rares et/ou protégées.

La faune

Au niveau ornithologique, l’étang de Balistra présente deux secteurs bien distincts : le plan d’eau et l’embouchure du ruisseau de Francolu.

L’embouchure du Francolu est constituée par le lit du ruisseau qui déborde dans un marais. Le couvert végétal plus ou moins dense est composé d’une sansouïre associée aux joncs aigu et maritime. Quelques mares et chenaux, en eau, interrompent la sansouïre. Ce secteur est favorable aux limicoles et à des amphibiens comme le Discoglosse sarde, le crapaud vert des Baléares et la rainette sarde et des reptiles comme la tortue cistude.

Le plan d’eau est une vaste baie, aux rives recouvertes de maquis, fermée par un cordon littoral. La végétation des rives est très peu représentée (jonc maritime) dans les enganes. Cette zone est favorable au grand cormoran et au grèbe huppé. Des canards plongeurs y sont occasionnellement observés. Il abrite un petit poisson des lagunes méditerranéennes, le rare Cyprinodonte de Valence.

Dans le maquis et les habitats rocheux on observe la Tortue d’Hermann, le lézard tiliguerta et des geckos comme le Phyllodactyle d’Europe et l’Hémidactyle verruqueux.

Balistra est aussi l’une des très rares localités d’un Orthoptère (criquets et sauterelles) endémique de Corse, la Decticelle de Porto Vecchio.

Le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.